top of page

Berthe, Gustave et Gennevilliers...

Berthe Morisot épousa Eugène Manet en 1874 et passa le printemps de 1875 à Gennevilliers. En mars de la même année, avec Monet, Sisley et Renoir, elle organisa une vente à Drouot. A cette occasion elle vendit une aquarelle et deux tableaux, dont un, « Intérieur » qui fut adjugé 480 francs, la plus grosse enchère de la séance.


Edouard Manet – Portrait de Berthe Morisot avec un éventail, 1874, Art Institute of Chicago
Edouard Manet – Portrait de Berthe Morisot avec un éventail, 1874, Art Institute of Chicago

Cette délicate aquarelle « A Gennevilliers », est tirée d’une planche de la biographie qu’Armand Fourreau a consacrée à Berthe Morisot en 1925, trente ans après sa disparition.

En 1881, c’est au tour de Martial et Gustave Caillebotte de tomber sous le charme du petit Gennevilliers, et d’y acquérir une propriété.


Dans ses conférences d'histoire de l'art, Fabrice Roy conjugue le passé au présent, dans une évocation poétique et ludique du 19ème siècle français...



Kommentare


bottom of page