Excellence au Méridien Beach Plaza

Proust disait que l'idée habituelle du temps qui passe n'est qu'illusion. Ce qu'il sentait intuitivement, et ce qu'Einstein a confirmé à la même époque, c'est que la réalité de nos vies est hors du temps. Dès lors, le nom du restaurant du Méridien Beach Plaza de Monte-Carlo, "l'Intempo", prend toute sa dimension dans son invitation à suspendre le temps au bonheur d'un repas, face à la mer, hors des séries convenues du quotidien.

A des années-lumière de l'image du "restaurant d'hôtel", l'Intempo, c'est un lieu, c'est une cuisine, c'est une équipe. Et cette conjonction fonctionne parfaitement pour procurer une expérience sensorielle inoubliable.

Mercredi 24 juin dernier

© Fabrice Roy
Laurent Colin et Alexandre Lamberet. © Fabrice Roy

La cuisine du Chef Exécutif Laurent Colin, c'est la conjonction entre ce que la tradition nous apporte de plus sincère et un tribu audacieux à la modernité. Produits simples, de saison, cuisson maîtrisée, tout cela était mis en musique par le Chef de Cuisine Alexandre Lamberet, élève de Joël Garault, avec cette pointe d'insolence qui éveille nos sens à des audaces assumées.




Archétypes de ce parti-pris, les rillettes de cabillaud en amuse-bouche, et leur pain "Carasau" qu'on appelle encore papier musique en Sardaigne, dans la région de Barbagia, tellement il est fin et délicat...

Rillettes de Cabillaud, pain carasau. © Fabrice Roy

Plus d'audace encore? Alors, il faut savourer le cevice de Saint-Pierre sauce meunière sur son lit de tapioca...

Cevice de Saint-Pierre sauce meunière sur son lit de tapioca. © Fabrice Roy

A eux seuls, ces deux plats font beaucoup mieux qu'amuser la bouche, ils préparent les sens au duo mer-terre au cœur du repas.

Rouget à l'unilatéral, dans son croustillant d'écailles, fenouil confit 24 heures, huile d'olives et aromates. © Fabrice Roy
Filet de bœuf aux parfums de Provence et purée de pommes de terre aux saveurs marines. © Fabrice Roy

Le rouget, son fenouil en deux façons et son crépitement d'écailles, laissera la place au filet de bœuf accompagné d'une purée de pommes de terre au parfum de salicornes... Tout est simplicité, mais rien n'est hasardeux. Comme disait Proust, " le véritable voyage n'est pas de chercher de nouveaux paysages, mais d'avoir de nouveaux yeux..."


Antonio Fochi et Dominique Milardi. © Fabrice Roy

En salle ou en terrasse, excusez du peu, le service s'organise autour de deux passionnés.

Antonio Fochi, premier Maître d'Hôtel, passionné de transmission, Président de l'AMIRA Côte d'Azur et Monaco, et Dominique Milardi, Chef Sommelier, Président de l'Association Monégasque des Sommeliers.


Et puisque nous en parlons, les accords mets-vins nous ont tout d'abord entraîné dans un voyage méditerranéen dans lequel le muscat du Cap Corse accompagnait le foie gras mi-cuit et sa gelée de framboises.

- Foie-gras ? faîtes-vous avec une moue teintée de perplexité...

Et oui, j'avais oublié ce troisième amuse-bouche venu insérer sa texture unique entre le tartare de cabillaud et le cevice de Saint-Pierre ! Sorry, comme font nos cousins québécois !

© Fabrice Roy

Le tartare et le cevice étaient accompagnés d'un Château La Martinette, un des plus anciens domaines des Côtes de Provence, 70% Rolle et 30% Sémillon.