top of page

Faure, Monet et le brouillard de Vétheuil...

Jusqu'au dimanche 5 mars prochain, la médiathèque de Moulins rend hommage au baryton Jean-Baptiste Faure (1830-1914), artiste lyrique, compositeur et grand collectionneur d'œuvres impressionnistes,.. A lui tout seul, il a possédé pas moins de seize Degas, soixante-sept Manet, soixante-trois Monet, trente-sept Pissarro et cinquante-huit Sisley.

Édouard Manet. Jean-Baptiste Faure . 1882-1883. Metropolitan Museum of Art. NYC
Édouard Manet. Jean-Baptiste Faure . 1882-1883. Metropolitan Museum of Art. NYC

Fils d'un chanteur de la cathédrale de Moulins, Jean-Baptiste Faure est choriste au Théâtre Italien avant d'être admis au Conservatoire de Paris de 1850 à 1852. Il entame une carrière immense sur les plus grandes scènes, notamment au Covent Garden de Londres ou l'Opéra de Paris,

Claude Monet. Boulevard des Capucines. 1873. Musée Pouchkine. Moscou
Claude Monet. Boulevard des Capucines. 1873. Musée Pouchkine. Moscou

Ami d’Édouard Manet mais aussi de Monet, Sisley, Pissarro et Degas, Jean-Baptiste Faure fut un des grands collectionneurs des impressionnistes. De nombreux chefs d’œuvre, aujourd’hui dispersés dans les plus grands musées, ont eu le chanteur comme premier propriétaire, tels Le Fifre et Le Déjeuner sur l’herbe d'Édouard Manet (Musée d’Orsay, Paris), Examen de danse d'Edgar Degas (Metropolitan Museum, New York), Boulevard des Capucines de Claude Monet (Musée Pouchkine. Moscou), L’Hermitage, Pontoise de Camille Pissarro (Musée Guggenheim, New York).

Camille Pissarro. L'Hermitage à Pontoise. 1867.Solomon R. Guggenheim Museum, New York
Camille Pissarro. L'Hermitage à Pontoise. 1867.Solomon R. Guggenheim Museum, New York

Un beau matin de 1873, Claude Monet se présente sans bruit avec un tableau sous le bras chez le baryton. Jean-Baptiste Faure était bienveillant et d’accueil aimable.

- Je suis content de vous voir cher ami, surtout si vous m'apportez un chef-d’œuvre.

- Je ne sais pas dit Monet, j'ai fait de mon mieux

Faure prend le tableau, le contemple un instant:

- Voyons mais ce n'est pas ça du tout mon cher enfant! Si j'achète vos tableaux sans marchander, c'est pour la peinture ! Ici il n'y a pas de peinture ! Vous avez oublié évidemment! Rien que de la toile ce n'est pas assez. Remportez moi ça ! Mettez-y de la peinture et je l'achèterai peut-être. Au fait, maintenant, vous pouvez bien me le dire. Qu'est-ce que vous croyez que ça représente ?

Monet réplique:

- Je ne crois pas. Je sais que ça représente le lever du soleil dans le brouillard de Vétheuil, sur la Seine. J'étais de bonne heure dans mon petit canot, attendant l'effet de lumière. Le soleil a paru, et moi, au risque de vous déplaire, j’ai peint ce que je voyais. C'est peut-être pour cela que vous ne l'aimez pas.

- Ah, je comprends très bien maintenant. Il faut savoir. Hahaha oui la Seine, et puis la brume qui, aux premières fusées de lumière, brouille la vue. Tout de même, il n'y a pas assez de peinture. Mettez un peu plus de peinture, et je suis bien capable d'acheter le tableau !

Claude Monet. Vétheuil dans le brouillard. 1879. Musée Marmottan Monet.
Claude Monet. Vétheuil dans le brouillard. 1879. Musée Marmottan Monet.

Six ans plus tard, des amateurs rendent visite à Claude Monet, en quête de tableau à leur convenance.

Jean-Baptiste Faure est parmi eux. Le lever de soleil à Vétheuil est sur un chevalet.

- Ah vous avez là une assez jolie chose, cher ami. Une brume de clarté. L'église, les tourelles, les pavillons, les corniches de blancheur qui percent la nuée, le village, qu'on ne voit pas, se reflète dans le fleuve. En voulez-vous 600 Fr. ?

Claude Monet se redresse, tout vibrant.

- Vous avez donc oublié que vous m'en avez refusé 50 Fr, il y a six ans? Eh bien, je vais vous dire une chose. Non seulement vous ne l'aurez pas pour 50 Fr., pas pour 600, mais si vous m'en offriez 50 000 Fr., vous ne l'auriez pas davantage.

Monet ne s'est jamais séparé de ce tableau, qui figurait dans sa salle à manger de Giverny.


Place du Maréchal de Lattre de Tassigny

03000 Moulins


Dans ses conférences d'histoire de l'art, Fabrice Roy conjugue le passé au présent, dans une évocation poétique et ludique du 19ème siècle français...



bottom of page