La passion du pastel...

Technique sans doute moins populaire que l'aquarelle ou la peinture à l'huile, le pastel, lorsqu'il est maîtrisé, permet de réaliser des tableaux d'une grande finesse. Boudin, Degas, Manet, Monet, pour ne citer qu'eux, ne s'y sont pas trompés et ont souvent exprimé les potentialités du pastel jusqu'à une forme de perfection.

C'est au jardin botanique de Nice que Fabrice Roy a rencontré Joëlle Stordeur, pastelliste passionnée et sensible (sans craindre le pléonasme). Poser ses couleurs sur le motif, c'est aussi ce que le pastel permet de faire, tout en captant la lumière de l'instant dans une combinaison rapide qui révèle peu à peu formes et mouvements.

Joëlle Stordeur. © Fabrice Roy

L'entretien avec Fabrice Roy

Joëlle Stordeur

Fille d'enseignant, originaire d'Aix en Provence, Joëlle Stordeur a toujours aimé peindre et dessiner. Enfant, elle prend des cours de dessin et admire son grand-père, Jean-Pierre Tennevin, félibre convaincu, auteur de romans comme le Grand Baous ou encore Lou Mounde Paralele et peintre à ses heures dans la veine de Brueghel l'ancien.

Après avoir obtenu un BTS d'aménagement paysager, Joëlle suit son informaticien de mari et arrive à Nice en 2002. Elle reprend les cours de dessin, s'initie aux émaux sur cuivre, travaille auprès de Sophie Amauger, peintre paysagiste, qui l'initie à la peinture en plein air.

Ensorcelée par le pastel, Joëlle Stordeur utilise cette technique depuis cinq ans, avec des tableaux en pastel sec qui représentent essentiellement des paysages ou des compositions florales et végétales figuratives ou abstraites.

Sur le motif, au jardin botanique de Nice. © Fabrice Roy
Vue du jardin botanique de Nice. Pastel sec - Joëlle Stordeur. © Fabrice Roy

Le Pastel...

Apparu au XVème siècle, le pastel est utilise des bâtons faits de pigments broyés en y incorporant de l'eau, une charge telle que l'argile ou la craie, ainsi qu'un liant comme la gomme arabique. Le pastel a conquis ses lettres de noblesse au XVIIème siècle à travers son utilisation par des artistes tels Rosalba Carrera, Chardin ou encore Quentin de la Tour. Cette technique sombre dans l'oubli face aux grandes compositions néo-classiques du XVIIIème siècle. Après avoir été souvent considéré comme tout juste digne des pensionnats de jeune fille, le pastel connaît ensuite un renouveau durable avec la création en 1885 de la société des pastellistes français et son utilisation par Millet, Puvis de Chavannes et les principaux impressionnistes.


Le site internet de Joëlle Stordeur

La page Instagram

stordeurjoelle@gmail.com




© 2019  by the Effistra communication team. All rights reserved