Laurence et les bonbons: l'art à la lettre...

Laurence Jenk, artiste autodidacte installée sur la Côte d'Azur, travaille avec talent depuis plus de 20 ans les formes, les volumes et les couleurs. Son matériau de prédilection, le plexiglass, autorise les plus folles audaces dans la déclinaison d'une part iconique de notre enfance: le bonbon. Cette friandise, dont la genèse fut le fruit est, comme souvent, de la conjugaison du hasard et d'un ratage, permet à Laurence toutes les audaces. Au delà des possibilités infinies liées à l'aspect et aux surfaces, le concept de torsion est central dans la symbolique de l'artiste, en lui permettant de porter des thèmes de société qui lui sont chers, à l'image du respect de l'environnement ou des violences faites aux femmes.

Laurence Jenk parle de son travail avec passion lors d'un entretien avec Fabrice Roy qui a eu lieu le 6 septembre dernier. Deux jours plus tard, cette femme d'exception recevait des mains de Laurent Stéfanini, ambassadeur de France à Monaco, l'insigne de Chevalier de l'Ordre des Arts et Lettres, dans les jardins du domaine viticole du Château de Crémat, près de Nice.

Laurence Jenk © Fabrice Roy

L'entretien....

Laurence Jenk, radieuse, arbore l'insigne de Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres. A sa droite, Eric Ciotti, Député des Alpes Maritimes, et à sa gauche, Laurent Stéfanini, Ambassadeur de France à Monaco. © Fabrice Roy
Quand l'esthétique le dispute à l'audace... © Fabrice Roy

Le site de Laurence Jenk