top of page

Les parents d'Edouard et le Guitarrero

- Père, asseyez-vous ici.

Monsieur l'ex-chef de cabinet du Garde des Sceaux s'exécute. Vêtu de sa redingote et coiffé d'une calotte d'intérieur, Auguste Manet s'installe dans un fauteuil d'acajou.

- Mère, approchez-vous un peu.

Eugénie Désirée Manet, née Fournier, filleule de Bernadotte, excusez du peu, se place près de son mari.

Nous sommes en 1860, Édouard Manet a 28 ans. Il se libère peu à peu de l'enseignement de Thomas Couture. Il veut la liberté, sa liberté, il fixe les visages, le fugitif, le vibrant, le vivace. Il dit à Antonin Proust: "Il faut faire du premier coup ce qu'on voit. Quand ça y est, ça y est. Quand ça n'y est pas, on recommence. Tout le reste est de la blague".

Édouard fixe ses parents. Il a décidé de peindre ce double portrait. Il est fébrile, il se lance.

Édouard Manet. Portrait d'Auguste et de Désirée Manet. 1860. Musée d'Orsay. © RMN-Grand Palais/Patrice Schmidt
Édouard Manet. Portrait d'Auguste et de Désirée Manet. 1860. Musée d'Orsay. © RMN-Grand Palais/Patrice Schmidt

Sur la table, Auguste Manet a déposé une tabatière. Il porte le ruban d'une décoration au revers de sa veste. Madame Manet est debout, vêtue d'un corsage de soie, d'un bonnet de dentelle blanche à larges rubans bleus. Une de ses mains gantées de mitaines plonge dans une corbeille à ouvrage. La tapisserie qu'elle est en train de réaliser est posée devant elle. Édouard peint avec minutie ce double portrait d'où ce dégage une certaine tristesse. Monsieur et Madame Manet baissent les yeux, ils semblent préoccupés. Le visage d'Auguste, ses traits creusés derrière une barbe au bel arrondi, laisse transparaître les souffrances qu'il endure, dans cet intérieur austère où il finira ses jours deux ans plus tard.

Lui qui s'était dressé contre la vocation de son fils, lui refusant toute carrière artistique, devient par la magie de ce tableau un de ses plus fervents soutiens. Le père est admiratif, la mère est enchantée, autant qu'on peut l'être, avec retenue.

Édouard Manet. Emile Zola. 1868.© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski
Édouard Manet. Madame Auguste Manet. 1863. Musée Isabella-Stewart-Gardner.

Édouard Manet peindra à nouveau Désirée, devenue veuve, en 1863. Le bonnet a disparu, le regard plus direct, les lèvres fines trahissent un mélange de lassitude et de dignité.

Édouard Manet. Le chanteur espagnol. 1860. Metropolitan Museum of Art. NYC.
Édouard Manet. Le chanteur espagnol. 1860. Metropolitan Museum of Art. NYC.

Après avoir réalisé le portrait de Monsieur et de Madame Manet, Édouard s'attellera au "Guitarrero" et présentera les deux toiles au Salon qui, contre toute attente, les accepte. C'est l'allégresse chez les Manet ! Le tableau, initialement perché en haut du mur, est redescendu à hauteur des cimaises, pour que le public, enthousiaste, puisse mieux le contempler. Antonin Proust écrit: "Ce Guitarrero tue tout ce qui l'entoure". Le succès est là, les compliments pleuvent. Un grand peintre est né...


Dans ses conférences d'histoire de l'art, Fabrice Roy conjugue le passé au présent, dans une évocation poétique et ludique du 19ème siècle français...



Comments


bottom of page