top of page

Les trésors du musée de Gajac

La ville de Villeneuve sur Lot possède un musée exceptionnel dont j'ai déjà parlé dans un article consacré à l'exposition "La Rivière au fil de l'art".

Adossé à un ancien moulin surplombant le Lot, le musée de Gajac est un édifice contemporain pensé par les architectes Jean-Claude Boussac et Antoine Plazanet au début des années 2000.

Il abrite une remarquable collection d'artistes nés au 19ème siècle, parmi lesquels villeneuvois André Crochepierre (1860-1937), son presque jumeau Maurice Réalier-Dumas (1860-1928), qui a légué une grande partie de ses tableaux à la ville, ou encore un autre enfant du pays, Gabriel Antoine Barlangue (1874-1956).

Une pièce maîtresse de la collection est un tableau d'Eva Gonzales (1847-1883), élève et modèle d'Édouard Manet: "L'enfant de troupe (ou le clairon)".

Partons à la rencontre de quelques-uns de ces trésors que Marlyse Courrech, conservatrice du musée, a eu la gentillesse de nous faire découvrir en visite privée le 18 mai dernier...

Raoul Dufy. La plage de Sainte-Adresse 1906. © Bonhams Cornette de Saint Cyr
Maurice Réalier-Dumas. Le Néophyte. Musée de Gajac

Né à Paris, Maurice Réalier-Dumas passe une partie de son enfance à Villeneuve-sur-Lot, où son père était sous-préfet. En 1879, il entre l'école des Beaux-Arts de la capitale, et reçoit l'enseignement de Jean-Léon Gérôme. Peintre, affichiste, il décore à la demande de Georges Leygues le nef de l'église Sainte Catherine de Villeneuve-sur-Lot avec une fresque "la théorie des saints" achevée en 1920.

Eugène Delacroix. Cheval attaché à un piquet. 1825. © Bonhams Cornette de Saint Cyr
Maurice Réalier-Dumas. Jeunes filles au bord de la rivière. Musée de Gajac

S'il fréquente les impressionnistes, notamment à Chatou où il s'installe définitivement vers 1890, Maurice Réalier-Dumas gardera ses distances avec le groupe, même s'il lui empreinte avec une grande maîtrise ces touches vibrantes qui confondent lumière et couleurs.

André Crochepierre. Portrait du grand-père Albre. Musée de Gajac
André Crochepierre. Portrait du grand-père Albre. Musée de Gajac

Né à Villeneuve-sur-Lot en 1860, André Crochepierre obtient son baccalauréat en candidat libre à l'âge de 16 ans. Ce jeune garçon, dont le père meurt prématurément, se passionne pour le dessin et la peinture. Son talent précoce le fait remarquer et introduire dans le Paris artistique où il devient l'élève de William Bouguereau en 1882. S'il suit l'enseignement académique de ce dernier, il y superposera un style personnel dans le traitement des contrastes et le choix des mises en espace de ses portraits et de ses compositions.

André Crochepierre. Rêverie. 1909. Musée de Gajac
André Crochepierre. Rêverie. 1909. Musée de Gajac
André Crochepierre. Autoportrait au foulard rouge. 1931. Musée de Gajac
André Crochepierre. Autoportrait au foulard rouge. 1931. Musée de Gajac

André Crochepierre épouse en 1894 Amélie Detraux qui sera épouse, modèle et inspiratrice du peintre, dévouée à l'épanouissement de sa carrière. Si le couple passe six mois de l'année à Auteuil, près de Paris, pour y préparer le Salon, il retourne bien vite le reste du temps à Villeneuve-sur-Lot où l'artiste travaille en atelier.

Gabriel Antoine Barlangue. Deux enfants dans un jardin. Musée de Gajac
Gabriel Antoine Barlangue. Deux enfants dans un jardin. Musée de Gajac

Natif de Villeneuve-sur-Lot en 1874, lauréat de l'école des beaux-arts de Toulouse, Gabriel Antoine Barlangue monte à Paris en 1893. Il y intègre l"École Nationale des Beaux-Arts où il se forme non seulement à la peinture, mais encore à la gravure. Il reçoit plusieurs prix qui couronnent sa participation au Salon de la Société des Artistes Français, dont il est récompensé de la médaille d'or en 1926.

Gabriel Antoine Barlangue. Village en hiver. À gauche, la gravure, à droite, la plaque de cuivre originale utilisée pour le tirage. Musée de Gajac.

Nous ne quitterons pas ce musée exceptionnel sans nous attarder devant le tableaux d'Eva Gonzalez "L'enfant de troupe", qui, s'il est manifestement inspiré du fifre d'Édouard Manet, fait preuve d'une rare intensité dans le traitement des couleurs et du regard.

Eva Gonzalez. L'enfant de troupe (ou le clairon). 1870. Musée de Gajac
Eva Gonzalez. L'enfant de troupe (ou le clairon). 1870. Musée de Gajac
Édouard Manet. Le fifre. 1866. © Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt
Édouard Manet. Le fifre. 1866. © Musée d’Orsay, Dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

Cette évocation de quelques œuvres conservées au musée de Gajac ne saurait en représenter toute la diversité. Ce dernier possède par exemple une collection unique de gravures de Giovanni Battista Piranesi (1720-1778) ainsi que des tableaux contemporains comme cette vue du port d'Alger de Maria Menton (1915-2003)

Maria Menton. Vue du Port d'Alger. Musée de Gajac
Maria Menton. Vue du Port d'Alger. Musée de Gajac

2 rue des Jardins

47300 Villeneuve-sur-Lot

Tél : 05 53 40 48 00



Dans ses conférences d'histoire de l'art, Fabrice Roy conjugue le passé au présent, dans une évocation poétique et ludique du 19ème siècle français...




Comments


bottom of page