top of page

Présentation d'escale: Lanzarote

Cinquième escale de la croisière: L'île de Lanzarote.

Lanzarote est reconnue pour ses paysages uniques façonnés par l'activité volcanique. En 1993, l'ensemble de l'archipel a été déclaré réserve de biosphère de l'UNESCO et certaines parties de Lanzarote, comme le parc national de Timanfaya, sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO.


Le Chateau de San Cristobal
Arrecife

Un peu d'histoire...

Lanzarote était probablement habitée par les Guanches, un peuple berbère indigène, bien avant l'arrivée des Européens. Les Guanches menaient une vie relativement isolée sur l’île. Celle-ci est connue dès l'Antiquité. Elle est visitée puis fréquentée par des marchands et navigateurs phéniciens qui viennent y chercher l'orchilla, la précieuse plante pour teinture rouge qui pousse sur les roches du nord de l'île.

Au début du XVe siècle, les explorateurs européens ont commencé à s'aventurer dans l'Atlantique. L'expédition castillane dirigée par Jean de Béthencourt et Gadifer de la Salle débarque à Lanzarote en 1402, marquant le début de l'influence européenne aux îles Canaries.

Lanzarote, avec les autres îles Canaries, devient une partie du royaume de Castille (Espagne) au XVe siècle. Les îles servaient d’escale stratégique aux navires voyageant entre l’Europe et les Amériques.

Du fait de sa proximité des côtes africaines, Lanzarote sera l'objet d'attaques de pirates barbaresques et européens. En 1586, le corsaire barbaresque Amurat prend l'île avec cinq cents hommes et capture la famille du seigneur. En 1618, Soliman envahit et rase l'île. Lors de sa dernière expédition à la recherche de l'Eldorado, Sir Walter Raleigh attaque Arrecife en 1617 et rase la ville. La population se réfugie pendant les attaques dans la cueva de los Verdes, la « grotte des verts ».

Lanzarote, comme les autres îles Canaries, a été confrontée à des difficultés économiques aux XVIIe et XVIIIe siècles en raison de la piraterie, des sécheresses et des éruptions volcaniques. L'activité volcanique du XVIIIe siècle a considérablement affecté l'agriculture de l’île.


Parc National de Timanfaya
Parc National de Timanfaya

 Le 1er septembre 1730, entre les neuf heures et les dix heures du soir, la terre s'ouvrit à Timanfaya, à deux ligues de Yaiza… et une énorme montagne s'éleva du sein de la terre », selon le témoignage du curé Lorenzo Curbelo. L'île se transforma entièrement. Dix villages furent ensevelis et pendant six ans la lave s'étendit au sud, couvrant un quart de l'île et recouvrant les plaines alentour de cendres volcaniques.

En 1824, les éruptions reprirent à Timanfaya. S'ensuivirent de terribles famines, et une bonne partie de la population se vit obligée d'émigrer.

Depuis, le paysage s'est transformé grâce aux techniques agricoles de culture sur lapillis volcaniques que les conejeros utilisent pour retenir l'humidité des alizés. Le parc national de Timanfaya offre un bel aperçu des vestiges de l'éruption.

Aux XIXe et XXe siècles, Lanzarote a connu une activité économique accrue avec le développement de l'agriculture, de la pêche et du tourisme. La construction d'infrastructures, telles que des ports et des routes, a contribué à la modernisation de l'île.

A la fin du 20e siècle. L'artiste visionnaire et environnementaliste César Manrique a joué un rôle crucial dans le développement touristique de l'île tout en préservant sa beauté naturelle et son architecture traditionnelle.


Ma sélection de sites à visiter

Château de San Gabriel (Castillo de San Gabriel): situé sur une petite île appelée Islote de los Ingleses, ce château remonte au XVIe siècle et fut construit sur ordre du roi Philippe II d'Espagne. Le château est relié à la ville par deux ponts, dont un pont-levis, le pont de las Bolas. Le château est surnommé "château de la faim" car sa construction permit de redonner du travail aux habitants, alors que l'île venait d'être ruinée par d'importantes éruptions volcanique Il a été utilisé à diverses fins au fil des ans, notamment pour se défendre contre les attaques de pirates. Aujourd'hui, il abrite le musée ethnographique d'Arecife.

Château de San José (Castillo de San José): cette forteresse, située à la périphérie d'Arecife, a été construite au XVIIIe siècle pour se protéger des attaques de pirates. Il abrite aujourd'hui le Musée international d'art contemporain (MIAC), présentant l'art moderne.

Église de San Ginés (Iglesia de San Ginés) : cette église du XVIIe siècle est le principal édifice religieux d'Arecife. Dès le 16e siècle, se trouvait à cet emplacement un petit hermitage, dédié à San Pedro et San Ginés. Au 17e siècle, il fut totalement détruit par des inondations, et fut remplacé par cette ravissante église. L'église fut ensuite agrandie au 18e et 19e siècle. Chaque soir vers 19h30, les habitants y célèbrent San Ginés, le saint patron de la ville. Il faut absolument entrer à l'intérieur pour voir si vous tomberez sous le charme des trois ravissants enfants de cœur, qui vous proposent de donner le sous pour les pauvres. La tour de l'église est inspirée de celle de l'Iglesa de la Concepción de Santa Cruz, à Tenerife.

Fondation César Manrique : Bien qu'elle ne soit pas directement à Arecife, la fondation est située à proximité. L'ancienne maison de César Manrique présente le travail de l'artiste et offre un aperçu de sa vision de l'intégration de l'art à l'environnement naturel.

Parc national de Timanfaya (Parque Nacional de Timanfaya) : Une visite incontournable, ce parc national est un paysage lunaire façonné par l'activité volcanique passée. Les visiteurs peuvent participer à des visites guidées pour explorer ce terrain unique, assister à des démonstrations géothermiques et profiter de vues panoramiques.

Cueva de los Verdes : Un fascinant système de grottes souterraines formées par des coulées de lave. Située au nord de l'île et intégrée au vaste paysage volcanique du Malpaís de la Corona, c'est l'une des merveilles cachées dans les entrailles de Lanzarote, dotée d'un caractère mythologique mystérieux et particulier.

La longueur de la grotte atteint près de 8 kilomètres, composée d'un complexe de tunnels et de retraits avec des voûtes fascinantes et des lagons intérieurs. Sa section visible est constituée d'un kilomètre de galeries superposées avec des interconnexions verticales, et à l'intérieur elles atteignent jusqu'à cinquante mètres de hauteur et quinze mètres de largeur.


Cueva de los Verdes
Cueva de los Verdes

La Geria : Cette région viticole se caractérise par son mode de culture unique, où les vignes sont plantées dans de petits cratères et protégées par des murs semi-circulaires. Les visiteurs peuvent explorer les vignobles, déguster des vins locaux et en apprendre davantage sur la vinification.


Quelques célébrités qui ont marqué Tenerife

César Manrique

Né le 24 avril 1919 à Arrecife et mort le 25 septembre 1992 (à 73 ans) à Tahiche, était un peintre, sculpteur et écologiste, principalement connu pour ses projets architecturaux et sa passion pour l’ïle. En 1945, il fréquente l'école des beaux arts « San Fernando » à Madrid et où il obtient en 1950 une maîtrise en dessin et en peinture. En 1964, Nelson Rockefeller invite l'artiste aux États-Unis où il expose pendant quatre ans à Houston et à New York, dans la galerie « Catherine Viviano ».


Cesar Manrique
Cesar Manrique

De retour à Lanzarote, César Manrique fonde le projet de transformer son île natale en l'un des endroits les plus beaux du monde. Le projet prévoit de n'autoriser que la méthode de construction traditionnelle de Lanzarote, de renoncer aux bâtiments de plus de deux étages et même de supprimer tous les panneaux publicitaires situés sur les bords des routes. En 1974, César Manrique ouvre le centre culturel polyvalent « El Almacén », à Arrecife, qui a pour objet d'être un lieu de rencontre pour tous ceux qui sont intéressés par l'art. La galerie d'art « El Aljibe » devait permettre à des artistes d'exposer leurs œuvres une première fois à Lanzarote.

En 1980, il reçoit la Médaille d'or du mérite des beaux-arts par le Ministère de l'Éducation, de la Culture et des Sports. Manrique développe plusieurs attractions touristiques pour Lanzarote et les îles voisines.

La caractéristique principale de son art architectural est l'intégration de rochers, de pierres et de coulées de lave figées dans un lieu de vie harmonieux.


Incursion culinaire...

Conejo al Salmorejo : Lapin cuit au salmorejo, une sauce savoureuse à base d'ail, de vinaigre, de paprika et d'autres épices. Ce plat reflète la dépendance historique de l'île à l'égard des ingrédients disponibles localement.


Conejo al salmonejo
Conejo al salmonejo

Queso de Cabra: le fromage de chèvre constitue une part importante de la gastronomie canarienne. Lanzarote produit ses propres variétés, souvent servies avec du miel ou du vin local.

Lapas: Les patelles sont un mets de fruits de mer courant dans les îles Canaries. Les lapas grillés, souvent assaisonnés d'ail et de persil, sont une façon populaire de savourer ces fruits de mer locaux.

Vins de Lanzarote: L'île est connue pour ses vignobles uniques, protégés des vents violents par des murs de pierre semi-circulaires. Les vins de Malvoisie, élaborés à partir d'un cépage local, sont particulièrement réputés.


Dans ses conférences d'histoire de l'art, Fabrice Roy conjugue le passé au présent, dans une évocation poétique et ludique du 19ème siècle français...




1 hozzászólás


très beau ! quel voyage

merci Fabrice pour ce beau partage

Kedvelés
bottom of page