top of page

Les oubliés: Gustave-Henri Colin

Dans la série des oubliés de la première exposition des peintres de la Société Anonyme Coopérative des Peintres, Sculpteurs et Graveurs en 1874, ce deuxième article évoque Gustave-Henri Colin (1828-1910) auquel Zola, Geoffroy et Castagnary rendront hommage, Admirée par Monet, Pissarro et Degas, l'œuvre de Colin forme un véritable trait d'union entre l'école de 1830 et les tenants du mouvement impressionniste.

Gustave Henri Colin. Le Castillo et le Goulet de Pasajès. Palais des Beaux-Arts de Lille (?)
Gustave Henri Colin. Le Castillo et le Goulet de Pasajès. Palais des Beaux-Arts de Lille (?)

Elève de Constant Dutilleux à Arras, Gustave-Henri Colin décide de se consacrer entièrement à la peinture après avoir entamé des études de droit à Paris. Il peint à Barbizon et sur la côte bretonne et il expose au Salon des refusés en 1863, encouragé à ses débuts par Eugène Delacroix et, plus tard, Jean-Baptiste Corot.

Gustave Henri Colin. Partie de pelote sous les remparts. 1863. Musée Basque de Bayonne
Gustave Henri Colin. Partie de pelote sous les remparts. 1863. Musée Basque de Bayonne

Installé à Ciboure, Gustave-Henri Colin déménage à Saint-Jean-de-Luz en 1862. Il produit au pays basque un grand nombre de paysages et de scènes de genre et participe avec 6 tableaux à la première exposition impressionniste de 1874.

Gustave Henri Colin. La plage des bains à Fontarrabie. Collection particulière.
Gustave Henri Colin. La plage des bains à Fontarrabie. Collection particulière.

Le critique Jules-Antoine Castagnary écrira à propos de l'artiste qui expose au Salon de 1876: " Colin est passé maître dans l'art de rendre des effets de soleil ". Gustave-Henri Colin était également très apprécié d'Emile Zola qui louait son " coup de lumière d'une intensité splendide" .


Dans ses conférences d'histoire de l'art, Fabrice Roy conjugue le passé au présent, dans une évocation poétique et ludique du 19ème siècle français...



Comments


bottom of page